Des voitures électriques sans limites

C’est une possibilité qui pourrait se concrétiser par le développement d’une idée que je vais vous présenter.

 

Augmenter l’autonomie des batteries pour permettre une autonomie suffisante des voitures électriques comme en réduire le temps de charge est l’objectif des constructeurs.

 

·      Quelle est la situation actuelle ?

 

Les véhicules sont construits avec une batterie intégrée à demeure dans le véhicule. Changez la batterie et une opération possible, mais qui nécessite une main-d’œuvre et une intervention chez le garagiste.

 

Le modèle économique actuel consiste à charger ordinairement les voitures chez leur propriétaire et de disposer des stations de recharge sur des emplacements de stationnement dans l’espace public.

 

Pour réaliser de longues distances, il faut planifier son déplacement et espérer que les stations de charge sur la route ne seront pas occupées.

 

·      C’est la raison pour laquelle je propose une alternative.

 

J’y ai trouvé de nombreux avantages, mais également des difficultés de mise en œuvre.

 

Je vous invite à réagir sur ce qui n'est aujourd’hui que le fruit de mon imagination pour le partager, le critiquer, le faire avancer.

 

·      De quoi s’agit-il ?

 

Tout simplement de modifier le marché des batteries qui ne seraient plus captives dans le véhicule, mais amovibles pour permettre leurs remplacements dans des stations dédiées.

 

Ces stations seraient tout simplement celles qui par le passé permettaient de faire le plein d’essence.

·      Comment le faire ?

 

 La taille et la masse des batteries étant importantes, seul un automate permettrait d’ôter la (les) batterie à plat du véhicule pour la remplacer par une batterie rechargée.

 

Les moyens techniques existent ; j’ai vu récemment une station-service qui propose un automate pour faire le plein d’essence ! Ce qui à mon sens est une aberration compte tenu de l’abandon programmé des énergies fossiles.

 

Ainsi l’automate récupérait la batterie usagée pour la disposer dans un silo de stockage et de charge. En échange, l'automate disposerait une batterie chargée dans le véhicule.

 

·      Quels sont les prérequis ?

 

C’est un nouveau modèle économique…

 

Les anciennes stations-service en particulier d’autoroute permettraient aux véhicules de remplacer en deux minutes la batterie usée par une autre batterie rechargée.

 

Elle devrait pour cela s’équiper d’un automate et se raccorder avec le réseau dans les puissances requises.

 

Parallèlement, les fabricants automobiles devraient s’accorder sur un standard d’emplacement disponible dans le véhicule ainsi que des caractéristiques électriques de puissance, voltage, etc.

 

·      Quels sont les avantages ?

 

Ils sont nombreux :

 

  • L’un des principaux et de pouvoir faire un voyage d’une traite sans s’arrêter pour recharger, mais uniquement pour remplacer la batterie dans des délais similaires à celui d’un ancien plein de carburant.
  • Lors des départs en vacance, il est difficile de trouver des emplacements de charge. Des voitures tampons bloquent les emplacements et parfois il faut attendre la charge de plusieurs véhicules 2,3... soit une multiplication d'attentes ! Le temps mis pour la charge rapide 30 minutes bloque ces emplacements avec des files d'attente.                                                                                                 La possibilité de disposer de batteries prêtes et de déposer sa batterie vide pour une recharge plus lente résout cet obstacle au déploiement des véhicules électriques.
  • Cela permet d’éviter la multiplication des emplacements en ville pour recharger les véhicules. Emplacements qui sont coûteux puisqu’ils nécessitent le raccordement au réseau et soustraient des places de stationnement
  • Il permet de recycler les anciennes batteries plus facilement et dans la continuité sans intervenir spécialement sur le véhicule (cela simplifie la filière du recyclage).
  • Il permet de sauver de nombreuses stations-service.
  • Les propriétaires d'appartements sans stationnement avec prise peuvent passer à l'électrique !
  • Il permet d’upgrader les batteries et crée un véritable marché de fournisseurs avec des produits meilleurs ou chargés selon des critères écologiques.
  • Les charges sont optimisées par un contrôle de recharge professionnel (moins de charges rapides délétères pour les batteries).
  • Il permet de disposer des batteries les plus récentes et performantes.
  • Il est possible d’imaginer plusieurs niveaux de performance sur les batteries fournies en stations et ainsi créer un véritable marketing pour cette fourniture.
  • Il permet de rajeunir constamment la voiture dont la batterie vieillit rapidement.
  • Il permet d'optimiser la masse du véhicule et le besoin en ressources minières: imaginons trois emplacements, une batterie de capacité moindre par exemple 150 km complétés par une ou deux batteries supplémentaires identiques pour un plus long voyage ou plus de performance...
  • C'est aussi la possibilité de commercialiser une voiture moins chère car elle peut recevoir une batterie de base à échanger,à compléter, ou à louer par la suite en fonction des besoins.
  • C’est aussi plus facile pour les taxis de travailler avec des véhicules électriques

 

·      Comment ça marche pour ceux qui rechargent la voiture chez eux ?

 

La voiture serait vendue avec une batterie neuve comme actuellement.

 

Lorsque l’utilisateur souhaite faire un trajet pour une destination lointaine, il change alors sa batterie neuve en route, il laisse sa batterie déchargée pour une batterie chargée à la station-service.

C’est un peu le principe des anciens relais de poste pour les chevaux ! Sauf que le cheval fatigué, c’est la batterie usée!

 

Une fois arrivée à son domicile il peut recharger la batterie comme à son habitude.

 

Mais alors…

 

·     Comment tarifer la prestation par la suite ?

 

C’est très simple : la batterie dispose d’une électronique embarquée qui retrace l’historique de fonctionnement. Les charges et décharges avec leurs caractéristiques et leurs dates, les puissances au départ et au retour en station, ce qui permet de compter un différentiel d’énergie et d’usage qui sont enregistrés dans une mémoire intégrée à la batterie pour facturer le client.

 

Cette électronique embarquée peut interagir directement avec le véhicule concernant en particulier le comptage de l’énergie et l’autonomie, mais également du CO2 rejeté (faible avec une électricité renouvelable et nucléaire, ce compteur pourrait tenir compte de la source d’approvisionnement électrique), du coût estimé, de la vitesse de décharge, de l’autonomie restante…

 

Le tarif en station intègre ce calcul de différentiel en énergie, le service, l’amortissement de la batterie ce qui lisse le coût de remplacement et de recyclage.

 

La batterie neuve initiale constituant une sorte de consigne, le tarif en serait acceptable voir compétitif si la station dispose de conventions avec le fournisseur d’électricité…

 

Il pourrait en "marketer" le côté écologique, et ainsi l’électricien dispose d’un nouveau débouché commercial en "mass market", et peut également escompter un stockage court terme disponible pour un lissage des pics de consommation du courant.

 

·      Comment mettre en place ce système ?

 

En prérequis, il faut évidemment que le fabricant automobile dessine une sorte de tiroir permettant de coulisser la batterie en sous-face du véhicule au niveau de son châssis avec toutes les sécurités de verrouillage et de connectique.

 

Parallèlement, un pétrolier doit moderniser les stations-service pour l’implantation de silo de recharge électrique des batteries ainsi que l’implantation d’une rampe d’accès dédiée aux véhicules électriques.

 

·      Concrètement ?

 

Imaginons la création d’une start-up à capital partagé par Renault et Total associés à un fabricant de batteries français (un seul modèle et quelques stations suffisent pour valider ce concept).

 

Il ne serait pas nécessaire d’équiper toutes les stations-service, seules celles des grands déplacements sur autoroute pourraient suffire pour amorcer compte tenu de la possibilité de recharger également à domicile ou sur des bornes classiques. Mais il n’est pas interdit si le modèle économique est adopté d’installer d’autres stations-service y compris en ville…

 

Ce qui permettrait selon moi de donner une réponse pertinente aux inconvénients majeurs des véhicules électriques. Je ne suis pas un spécialiste du secteur, mais le développement durable fait partie de mon domaine d’expertise et si je ne prétends pas que mon modèle soit simple ou sans défaut, je souhaitais vous le soumettre pour connaitre vos réactions et l’avis des principaux acteurs et spécialistes de ce domaine.

 

Je n’ai pas fait de Business Plan, mais c’est évidemment une perspective qui m’enthousiasme.

 

Merci pour votre retour… Bien cordialement, Frédéric Marçais.

 

Le 30 septembre 2021, révisé le 30 mars 2022, le 30 juin 2022 avantage sur la masse des batteries avec des jeux de batteries.

 

Copyright © 2022 Frédéric Marçais tous droits réservés.

TOI-SOL, L'énergie solaire sans défigurer le paysage
L'énergie solaire sans défigurer le paysage